Comment mieux gérer les échecs du passé, du présent et de l’avenir ?

Il ne s’agit pas d’un énième article expliquant que l’échec est bon pour vous.

Car la vérité est que l’échec n’est bon pour vous que si vous apprenez à le gérer. Pour ce faire, j’ai identifié 6 concepts utiles à prendre en compte à la suite d’un échec. Ils permettent d’apprendre plus facilement d’un échec, d’y faire face et de rebondir.
1. Si vous échouez, cela signifie que ce n’était pas assez bien. Mais cela ne signifie pas que vous n’êtes pas assez bon. La façon la plus simple de mal gérer l’échec d’un projet est de le confondre avec un échec personnel.
Lorsqu’un projet échoue, cela signifie que le projet n’était pas assez bon pour réussir. Mais cela ne signifie pas que vous n’êtes pas assez bon pour réussir.
Il est important de séparer les deux et de ne pas abandonner votre confiance, votre motivation et vos possibilités parce que votre premier essai (ou votre 50e essai) n’était pas assez bon pour réussir.
Tout échec semble personnel, mais cela ne veut pas dire qu’il l’est.
Walt Disney a été licencié parce qu’on lui a dit qu’il “manquait de créativité”. Steve Jobs a été renvoyé d’Apple. Michael Jordan a été renvoyé de l’équipe de basket de son lycée. Metrosapiens n’était pas ma première newsletter.
Ne laissez jamais un échec définir ce dont vous êtes capable.
2. Votre échec peut être dû au fait que vous étiez trop tôt… ou trop tard.L’expression “tout est dans le timing” est cliché parce qu’elle est vraie. L’échec de nos créations est souvent dû au moment choisi, et non à leur qualité.
Friendster était un réseau social lancé des années avant Facebook, mais il a échoué en partie parce qu’il a été lancé à une époque où les gens n’étaient pas encore à l’aise pour partager leur vie en ligne. C’était trop tôt.
Lancer aujourd’hui un réseau social pour concurrencer Facebook est une tâche presque impossible – il est peut-être trop tard.
Lorsque vous échouez dans une entreprise, tenez compte du moment où vous avez tenté votre chance : êtes-vous en avance sur la courbe ? Êtes-vous en retard ?
Utilisez ensuite ces connaissances pour influencer votre travail futur.
3. S’agit-il d’un échec au niveau des attentes ou de l’exécution ?Il est aussi facile de se préparer à l’échec que de se préparer à la victoire.
Comme l’échec est rarement un résultat concret, noir ou blanc, il est important de démêler les couches et de comprendre où vous vous êtes vraiment trompé.
Avez-vous échoué à cause de vos attentes ?
Avez-vous fait des suppositions sur le fonctionnement d’un projet ou sur les attentes du public qui se sont avérées fausses ?

Ou s’agissait-il d’un échec d’exécution ?
N’avez-vous pas réussi à livrer quelque chose qui a tenu ses promesses et vos intentions initiales ?
Il s’agit de deux types d’échec complètement différents, qui peuvent tous deux influencer votre travail futur de différentes manières.
S’il s’agit d’un échec au niveau des attentes, prenez en compte ce que vous avez appris sur le marché et adaptez votre produit en conséquence – ou, au moins, soyez plus réfléchi dans la façon dont vous définissez les attentes à l’avenir.
S’il s’agit d’un échec d’exécution, cherchez à savoir exactement pourquoi votre création n’a pas donné les résultats escomptés et adaptez-la.
4. Il y a des réussites à trouver dans chaque échec si vous les cherchez.Rien n’est un échec total.
Aussi terrible que soit le résultat, il y a des réussites à trouver dans les décombres de votre échec.
Chaque échec contient des leçons précieuses à tirer, des expériences à intégrer dans votre travail futur, des relations que vous n’auriez pas pu nouer autrement et des découvertes que vous n’auriez pas faites autrement.
Un échec n’a de valeur que si vous en cherchez la valeur, alors ne laissez pas votre frustration et votre chagrin vous en empêcher.
5. Échouez-vous sur les bonnes choses ?Vous aurez toujours des échecs, quel que soit votre talent.
Il est donc important de se demander si vous échouez dans les bonnes choses.
À la suite d’un échec, réfléchissez à ce que vous en avez retiré et si ces éléments vous poussent dans la direction que vous souhaitez suivre.
Les leçons que vous avez apprises vous ont-elles rapproché de votre objectif ? Êtes-vous tombé dans un flamboiement de gloire en poursuivant quelque chose que vous aimez vraiment ?
L’une des principales raisons pour lesquelles les gens abandonnent après un échec est qu’ils ont échoué dans la mauvaise voie.
Lorsque vous poursuivez des choses qui vous passionnent vraiment et que vous êtes déterminé à faire, il devient beaucoup plus facile de gérer l’échec.
6. Votre échec est-il une fin ou un début ?Vous ne pouvez pas contrôler un résultat, mais vous pouvez contrôler votre réaction à ce résultat.
Chaque échec crée une opportunité de contrôler la façon dont vous l’encadrez dans votre vie et votre travail.
Vous pouvez voir l’échec comme la fin d’un voyage et l’utiliser comme une opportunité pour changer de direction et vous concentrer sur un nouvel objectif.
Ou bien vous pouvez le voir comme le début d’un voyage – un premier pas (et nécessaire) vers ce que vous voulez.
Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise option ici.
Il peut être tout aussi valable d’utiliser un échec pour clore un chapitre de votre vie ou de votre travail que de l’utiliser pour en commencer un.
Ce qui compte le plus, c’est que vous considériez l’échec comme une occasion de choisir votre orientation et non comme un événement qui vous arrive.
BONUS : Une autre façon de mieux gérer l’échec… L’une des meilleures façons de mieux gérer l’échec est d’apprendre comment les autres le font.
Et j’ai une arme secrète pour vous à cet égard : ma newsletter.
Tous les dimanches, je partage plusieurs idées (semblables à celle que vous venez de lire dans ce billet) sur la façon de s’améliorer dans sa vie professionnelle.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top